Les drogues antalgiques tuent

L’être humain désireux à tout prix de se débarrasser de toute forme de douleur a décidé de recourir aux drogues antalgiques dérivées de l’opium. Elles sont certes efficaces pour se sentir mieux, mais elles tuent avec le temps. Le taux de mortalité lié à la consommation de ces drogues progresse même de manière significative. Tour d’horizon sur le phénomène !

Une surconsommation de l’opium à travers le monde

Auparavant, les drogues antalgiques dérivées de l’opium étaient réservées à l’apaisement des douleurs aiguës post-traumatiques ou encore des douleurs neurologiques. Elles étaient utilisées dans le cadre d’un soin hospitalier. De nos jours, la consommation de ces drogues a été popularisée. Allant de simple mal de tête à une douleur lombaire, en passant par une douleur dentaire, tout le monde peut prendre librement une drogue antalgique. Son usage a fatalement explosé. Ces quinze dernières années, le taux de mortalité lié à l’usage de ces drogues antalgiques a été multiplié par quatre aux États-Unis. Son effet est certes miraculeux, mais son dégât est bien pire. Il faut à tout prix trouver un antalgique non addictif et sans effet néfaste.

 

 

Légalisation des drogues issues du cannabis

Les drogues antalgiques issues de l’opium prennent le dessus sur le marché. Plus de 60 % de la population mondiale souffrent de douleurs dans le dos. C’est la principale cause de l’explosion du marché. L’absolue lutte contre toutes les douleurs nous a amenés à un mal encore plus funeste. Les drogues antalgiques sont addictives et au fur et à mesure de leur prise, l’on ressent le besoin d’augmenter la dose. Il faut beaucoup de temps, d’énergies et de tactiques pour pouvoir retirer ces opiacés du marché ou du moins dissuader leur prise abusive. En même temps, il faut pouvoir offrir une solution alternative à la population. C’est dans ce cadre qu’entre la légalisation du cannabis thérapeutique. Le cannabis à la fois antalgique et euphorisant est la drogue la moins addictive. Elle peut sérieusement aider pour diminuer la consommation des opiacés contre les douleurs.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*